Nouveautés | Aide | Plan du site | Infos et contact     
Search
  Imprimer  Envoyer le lien vers
>> Vous êtes ici :  Menu principal  >  Systèmes & composants  >  L'enveloppe  >  Les types de parois  >  Les murs  >  Le mur plein

 

 

 

Le mur plein traditionnel

Le mur plein traditionnel de façade se compose le plus souvent, de l'intérieur vers l'extérieur :

  • D'un enduit mural à base de chaux et/ou de plâtre de 1,5 cm d'épaisseur.

  • D'une maçonnerie en terre cuite d'une brique d'épaisseur (19 cm) ou d'une brique et demie (29 cm). Pour des constructions plus anciennes et/ou situées dans certaines régions du pays, la maçonnerie peut être constituée de moellons de pierre naturelle. Dans ce cas, l'épaisseur est généralement plus importante.

  • D'un revêtement extérieur éventuel constitué par un enduit à base de chaux ou de ciment (épaisseur 2 cm) ou par un bardage (ardoises naturelles ou artificielles, ...).

Mur plein en brique.

Mur plein en pierre.

  1. Enduit intérieur.
  2. Maçonnerie de briques.
  3. Enduit extérieur facultatif.
  4. Maçonnerie de moellons.

 

Le mur monolithique récent

Le mur monolithique récent se compose généralement de l'intérieur vers l'extérieur :

  • D'une finition intérieure constituée d'un enduit mince (quelques mm d'épaisseur) lorsque les tolérances dimensionnelles sur les matériaux et l'exécution sont faibles ou d'un enduit à base de chaux ou de plâtre de 1 ou 1,5 cm d'épaisseur lorsque les tolérances sont plus importantes.

  • D'une maçonnerie composée de blocs de grand format en terre cuite allégée, en béton de granulats d'argile expansé ou en béton cellulaire de 19, 29 ou 39 cm d'épaisseur, maçonnés ou collés entre eux.

  • D'une protection extérieure sous forme d'un enduit minéral (environ 2 cm d'épaisseur) ou résineux ou d'un bardage en bois, en fibro-ciment, en matière plastique, ...

Mur plein en bloc de grand format

  1. Finition intérieure.
  2. Maçonnerie en blocs légers.
  3. Finition extérieure.

Remarque : le béton léger composé d'argile expansé ( = 0,17 W/mxK) et le béton cellulaire ( = 0,15 à 0,30 W/mxK) sont des matériaux moins conducteur de la chaleur que la plupart des matériaux de construction, mais ne peuvent néanmoins pas être considérés comme des isolants proprement dits.

 

L'étanchéité à l'eau de pluie du mur plein

Le mur plein traditionnel d'une brique

Pour être considéré comme étanche à la pluie, un mur plein traditionnel d'une brique d'épaisseur doit être protégé par un enduit imperméable à sa face extérieure.
En effet, dans une maçonnerie en brique, l'eau s'infiltre par les défauts des joints ou entre joints et briques ainsi que par les microfissures présentes dans les briques. D'autre part, les briques et les joints absorbent l'eau par capillarité. Ainsi, un mur d'une brique, surtout s'il est exposé aux pluies battantes, ne peut, à lui seul, empêcher les infiltrations.

Le mur plein traditionnel d'une brique et demie

Dans un mur plein traditionnel d'une brique et demie, le mortier présent dans le joint central peut servir de coupure capillaire vis-à-vis des briques, càd. qu'il interrompt le passage de l'eau au travers des matériaux. Ce qui améliore son étanchéité à l'eau de pluie. Celle-ci est d'autant meilleure que la maçonnerie peut jouer le rôle de paroi-tampon, càd. qu'elle est constituée de matériaux capillaires (en général, les maçonneries de parement plus légères).

Vue en plan d'une maçonnerie d'1 1/2 brique d'épaisseur.

Le mur traditionnel en moellons

Les murs de façade en moellons, même de forte épaisseur, ne sont pas étanches aux pluies battantes.

Le mur monolithique récent

Du fait de la dimension plus importante des blocs, ceux-ci sont mis en oeuvre selon une épaisseur d'un demi ou d'un bloc; Il n'y a donc pas de joint central qui puisse assurer l'étanchéité à la pluie; celle-ci doit donc être assurée par un enduit extérieur étanche.
Les enduits ne sont, en général, pas complètement étanches, mais ils absorbent peu l'eau et sèchent rapidement.

Mais attention, vu que l'on se trouve ici en présence d'une simple barrière d'étanchéité (par opposition à la double barrière d'étanchéité du mur creux), de petits défauts d'exécution ou de petites dégradations peuvent compromettre cette étanchéité.

Remarque.

  1. L'absorption de l'eau de pluie par l'enduit est faible et donc l'eau de pluie ruisselle rapidement et en grande quantité le long de la façade. Les menuiseries et leurs joints doivent donc être parfaitement étanches à l'eau.

  2. Alors qu'un bardage ou un enduit de qualité et en bon état protège une maçonnerie extérieure contre les infiltrations de pluie, les peintures et hydrofuges de surface ne permettent pas d'assurer l'étanchéité à l'eau des façades.

 

Comportement à la condensation superficielle

Pour limiter le risque de condensation superficielle sur une paroi, il faut que le facteur de cette paroi soit le plus élevé possible.

Selon la NIT 153 du CSTC, il faut que  > 0,7. Néanmoins, celle-ci concerne plus spécifiquement les logements et la valeur de 0,7 a été fixée en fonction des températures minimales et des humidités que l'on retrouvent dans ceux-ci. Pour les bureaux, par exemple, cette valeur pourrait sans doute être plus faible, car la production de vapeur est moins importante et, en général, on dispose d'une ventilation. Dès lors, dans le cas des bâtiments du secteur tertiaire, il vaut mieux évaluer le risque de condensation superficielle à partir des conditions réelles.

Néanmoins cette valeur peut servir de point de repère. Elle correspond à un coefficient de transmission thermique de la paroi U < 1,69 W/m²xK.

Dans les tableaux ci-dessous, on voit qu'en général, le coefficient de transmission thermique d'un mur plein traditionnel en pierre ou en brique dépasse cette valeur. Ces murs peuvent présenter de la condensation superficielle, même pour un climat intérieur normal (classe de climat intérieur < IV).

On y voit également que pour un mur plein monolithique récent, le risque de condensation superficielle existe si le mur est constitué de blocs de béton lourd ou mi-lourd, ou encore en silico-calcaire et ce à fortiori dans les angles ou derrière les meubles (hi < 5 W/m²xK), du fait de la moins bonne circulation de l'air dans ces zones. Pour une maçonnerie sèche en blocs de béton léger et/ou en terre cuite allégée d'une épaisseur supérieure à 19 cm, il n'y a pas de risque de condensation superficielle.

Coefficient de transmission thermique U (W/m²xK) des murs pleins traditionnels, calculés selon l'annexe VII de la PEB

Epaisseur 19 cm

Epaisseur 29 cm

Epaisseur 39 cm

Sec

Humide

Sec

Humide

Sec

Humide

Maçonnerie de briques en terre cuite

1100 < ρ ≤ 1200

1,44

2,28

1,05

1,76

0,83

1,43

Maçonnerie de briques en terre cuite

1800 < ρ ≤ 1900

2,11

3,06

1,63

2,51

1,32

2,13

Maçonnerie en bloc silico-calcaire

1100 < ρ ≤ 1200

1,59

2,59

1,18

2,04

0,93

1,69

Maçonnerie en bloc silico-calcaire 1800 < ρ ≤ 1900

2,69

3,74

2,17

3,25

1,82

2,88

Maçonnerie en bloc béton avec granulat ordinaire 1800 < ρ ≤ 1900

2,87

3,32

3,36

2,78

2,00

2,39

Béton d'argile expansé 1100 < ρ ≤ 1200

1,68

2,07

1,25

1,57

0,99

1,26

Béton d'argile expansé 1600 < ρ ≤ 1700

1,68

2,75

1,80

2,20

1,48

1,83

 

Comportement à la condensation interne

Le mur plein traditionnel

Sans revêtement extérieur (enduit, peinture), le risque de condensation interne est nul.

Pour qu'il y ait un risque de condensation interne en hiver dans un mur plein traditionnel, il faut que le mur soit protégé par un enduit extérieur et que la résistance à la diffusion de vapeur de celui-ci soit sensiblement plus élevée que celle des enduits extérieurs courants (minéraux ou résineux), et que le climat intérieur soit anormalement élevé (classe de climat intérieur IV); sans ça, le risque est très faible.

Le mur monolithique récent

Pour les murs en blocs légers protégés par un enduit extérieur, la résistance à la diffusion de vapeur de ce dernier est plus élevée que celle de la maçonnerie et le risque de condensation interne à l'interface entre la maçonnerie et l'enduit extérieur est théoriquement réel. Mais pratiquement, pour des classes de climat intérieur normales (< IV), l'inertie hydrique de ces matériaux est telle que la condensation interne ne se forme pas ou qu'elle n'est pas résiduelle annuellement.

 

Comportement thermique du bâtiment en maçonnerie pleine

Le mur plein traditionnel

Le mur traditionnel, vu qu'il est composé de matériaux lourds, offre une bonne inertie thermique. Le risque de surchauffe en été à l'intérieur du bâtiment est diminué. Il faut un certain temps pour réchauffer ou refroidir le bâtiment.

Le mur monolithique récent

L'utilisation de blocs légers engendre une diminution de l'inertie thermique par rapport à un mur plein traditionnel lourd. Le risque de surchauffe en été augmente. Le bâtiment se réchauffe et se refroidit plus vite.

 

Comportement aux fissurations du mur plein

Le mur plein traditionnel

Vu le faible coefficient de dilatation thermique des matériaux mis en oeuvre, la grande inertie thermique et la relativement bonne déformabilité de la maçonnerie, les écarts de températures annuels au sein de ces murs ne vont avoir pour seules conséquences que quelques micro-fissures.

Evolution de la température au sein du mur plein lourd lors d'une journée d'été et lors d'une journée d'hiver.

  1. Enduit intérieur
  2. Mur plein traditionnel.

Les variations de température journalières ont, a fortiori, une influence négligeable.

Le mur monolithique récent

Evolution de la température au sein du mur en bloc léger lors d'une journée d'été et lors d'une journée d'hiver.

  1. Enduit intérieur
  2. Maçonnerie en blocs de béton léger
  3. Enduit extérieur.

L'enduit extérieur subit des variations de température été-hiver importantes.

Le risque qu'il se fissure est réel au voisinage des baies et aux endroits où il est appliqué sur des matériaux de nature différente. Dans ce cas, il est préférable d'armer la maçonnerie afin de mieux répartir ses déformations.

Le risque de fissuration est moindre pour un enduit de couleur claire.

 

DGO4 · Architecture et Climat · Avertissements et copyrights · Une remarque ?