Nouveautés | Aide | Plan du site | Infos et contact     
Search
  Imprimer  Envoyer le lien vers
>> Vous êtes ici :  Menu principal  >  Les techniques  >  L'éclairage  >  Concevoir  >  Le choix de la couleur des parois

 

 

 En bref !

  Le placement ou remplacement des luminaires est l'occasion de penser/rénover globalement les locaux en modifiant la couleur des parois du local par souci d'efficacité énergétique et de confort visuel.

Évaluer 

Pour évaluer l'impact énergétique des parois : cliquez ici !

 Coefficients de réflexion recommandés

On favorisera les parois de couleur claire. Les coefficients par défaut sont : plafond (0,7), mur (0,5), sol (0,3).

Influence de la couleur des différentes parois

Le plafond en éclairage indirect participe activement à l'éclairement du local.; d'où la nécessité de choisir un coefficient de réflexion élevé et des couleurs claires.

Si les luminaires sont de distribution extensive, la couleur du mur est importante.

Le sol, souvent encombré, influence peu le niveau d'éclairement.

Couleur du plan de travail

On favorisera les couleurs mats pour réduire le risque d'éblouissement et proches de celle du support papier afin de diminuer les contrastes.

Autour des baies vitrées

Pour éviter l’éblouissement, il est souvent nécessaire de réduire la luminance des baies vitrées, excessive par rapport à celle de la tâche visuelle, en diminuant les contrastes entre la baie vitrée et les éléments constitutifs du mur de baie.

 

Coefficients de réflexion recommandés

Que ce soit en éclairage direct ou indirect, il est toujours préférable de favoriser les parois de couleur claire.

Par défaut, on choisira les coefficients suivants :

Coefficients de réflexion par défaut

Plafond

0.7

Mur

0.5

Sols

0.3

Données 

Pour connaitre les différents coefficients de réflexion en fonction du matériau ou de la couleur, cliquez ici .

Cahier des charges 

  Dimensionnement.

 

Influence de la couleur des différentes parois

Plafond

La couleur du plafond joue un rôle peu important sur l'éclairage artificiel direct. Son rôle devient primordial lorsqu'il s'agit de distribuer la lumière naturelle en profondeur dans le local. La valorisation maximum de cet éclairage naturel permet ainsi une diminution des consommations électriques.

En éclairage indirect, le plafond sert de diffuseur de la lumière. Il doit toujours avoir le coefficient de réflexion le plus élevé.

Dans tous les cas, un facteur de réflexion trop faible peut provoquer un trop grand contraste entre le plafond et les luminaires, d'où risque d'éblouissement.

Dans les bâtiments de soin, il doit de plus être mat pour éviter les taches lumineuses trop intenses qui risquent d'éblouir le patient couché.

Éclairage indirect avec plafond très foncé
dans le hall d'accueil d'un hôpital.

Murs

La couleur des murs aura un rôle, au niveau de l'éclairement, d'autant plus important que les luminaires utilisés ont une distribution extensive.

Sol

Le plancher est rarement complètement libre et dégagé. Le mobilier représente souvent une surface importante. La couleur du sol aura donc peu d'influence sur la qualité de l'éclairage artificiel.

 

Couleur du plan de travail

La clarté des tables de travail constitue un élément favorable au confort visuel. La réduction du contraste entre le support papier et la table diminue les efforts d'accommodation de l'œil à chacun de ses déplacements.

De plus, il est conseillé d'utiliser des revêtements mats pour les parois du local et surtout pour les tables de travail pour limiter les luminances excessives et les risques d'éblouissement.

 

"Autour des baies vitrées"

Pour éviter l'éblouissement, il est souvent nécessaire de réduire la luminance des baies vitrées, excessive par rapport à celle de la tâche visuelle, en adoptant des systèmes appropriés.

Il existe plusieurs moyens pour diminuer cet éblouissement 

  • préférer une grande fenêtre, moins éblouissante que plusieurs petites,

  • diminuer le contraste mur-huisserie grâce à un cadre clair,

  • voiler le ciel par une protection solaire ou un rideau,

  • diminuer le contraste mur-fenêtre en éclairant le mur contenant la fenêtre,

  • diminuer le contraste mur-fenêtre en augmentant la part indirecte de l’éclairage naturel (local très clair),

  • voiler en partie le ciel en assombrissant la fenêtre par un élément déflecteur,

  • voiler en partie le ciel en disposant à l’extérieur des éléments moins lumineux que le ciel (atrium, cour intérieure).

 

DGO4 · Architecture et Climat · Avertissements et copyrights · Une remarque ?