Nouveautés | Aide | Plan du site | Infos et contact     
Search
  Imprimer  Envoyer le lien vers

 

 

Apport d'air neuf

L'apport d'air neuf nécessaire à la respiration des occupants et à l'évacuation des polluants doit être calculé en fonction du nombre des occupants potentiels et non en fonction d'un taux de renouvellement d'air.

En France, l'arrêté du 12 mars 76 (toujours d'application) impose les débits suivants :

Salles d'activité

25 [m³/h par sportif]

18 22 [m³/h par spectateur]

Conformément à l'annexe VI de la PEB, la valeur de 18 m³/h par spectateur doit être remplacée par 22 m³/h par spectateur. Cette valeur correspond au débit minimum à respecter dans les bâtiments non résidentiels.

Dans les toilettes, l'annexe VI de la PEB impose un débit minimum de 25 m³/h par WC.

Exemple.

Considérons une salle de sport de 7 000 m³. L'occupation maximum de la salle est de 24 sportifs (une classe) et 50 spectateurs.

Méthode de dimensionnement des apports d'air neuf

Dimensionnement

Débit d'air à assurer

Taux de renouvellement d'air

En fonction du nombre de personnes : 24 [m³/h.sportif] et 22 [m³/h.spectateur]

25 [m³/h.sportif] x 24 [sportifs] + 22 [m³/h.spectateur] x 50 [spectateurs]

1 700 m³/h]

0,24 [vol/h]

en fonction du taux de renouvellement d'air : 4 [vol/h] (valeur couramment rencontrée)

4 [vol/h] x 7 000 [m³]

28 000 [m³/h]

4 [vol/h]

Calculer les débits d'air en fonction d'un taux de renouvellement d'air de l'ordre de 3 à 4 [vol/h] conduit à des surdébits importants donc à un surdimensionnement et une surconsommation importants.

Chauffage avec air recyclé

Dans les installations de chauffage à air, l'apport d'air de ventilation est souvent combiné au chauffage de la salle (chauffage par aérothermes avec prise d'air extérieure). Le débit d'air brassé par les émetteurs de chaleur est nettement plus élevé que les débits d'air hygiéniques recommandés. Il est donc important, pour des raisons d'économie d'énergie, de recycler une part importante de l'air de la salle, l'air neuf ne devant servir qu'à la ventilation hygiénique de la salle.

Le débit d'air neuf peut être surdimensionné uniquement pour les situations d'inconfort d'été ou de très forte affluence pour évacuer les calories excédentaires.

Modulation des apports d'air neuf

L'occupation d'une salle de sport est souvent variable (occupée en journée par une classe et en soirée par une compétition avec spectateur). Les débits d'air neuf nécessaires varient en conséquence. Il est dès lors intéressant de prévoir une possibilité d'adaptation des débits, soit automatique, soit manuelle. La ventilation doit en tout cas être arrêtée en période d'inoccupation.

Exemple.

Une salle de 44 x 22 m avec 150 places de gradins a une fréquentation maximum estimée à 300 personnes. En temps ordinaire, l'occupation ne dépasse pas 60 personnes (deux classes de collège). voici comment on pourrait envisager la ventilation :

Le souhait de moduler et d'arrêter la ventilation en fonction de l'occupation impose de pouvoir découpler le fonctionnement du chauffage et de la ventilation, par exemple lors de la relance du chauffage avant occupation.

Infiltrations d'air

Les apports d'air neuf incontrôlés coûtent cher et provoquent des inconforts par courant d'air froid. Sans attention particulière, ceux-ci peuvent rapidement être importants (effet cheminée entre les entrées et la toiture ...).

On aura donc soin de créer des sas d'entrée ou des espaces tampons non chauffés (hall d'entrée) et de munir les portes de dispositifs de fermeture automatique.

Une attention particulière doit être portée à l'étanchéité des tourelles d'extraction à l'arrêt, surtout en combinaison avec un chauffage à air chaud. Elles doivent au minimum comprendre des clapets de fermeture automatiques à l'arrêt des ventilateurs. Les extracteurs en toitures sont d'ailleurs à déconseiller lorsque l'on utilise un chauffage à air chaud, sauf s'il est prévu de les faire uniquement fonctionner à la demande (par exemple pour limiter les surchauffes par très forte affluence).

Balayage

Le principe du balayage consiste à ventiler les locaux annexes (vestiaires, douches, sanitaires) avec de l'air en provenance de la salle. L'air neuf est introduit dans cette dernière et transféré vers les locaux annexes d'où il est extrait. Ceci permet en outre de préchauffer l'air neuf avant son introduction dans les vestiaires et limite ainsi les risques de courant d'air.

 

DGO4 · Architecture et Climat · Avertissements et copyrights · Une remarque ?