Nouveautés | Aide | Plan du site | Infos et contact     
Search
  Imprimer  Envoyer le lien vers

 

 

La génératrice et la dynamique du rotor

 

Il s'agit d'une section plus technique qui approfondit certains aspects liés à la dynamique de l'éolienne. Cela inclut inévitablement de considérer la technologie de génératrice utilisée ainsi que de considérer le système de transmission. Il n'est pas absolument nécessaire de comprendre les concepts suivants pour se familiariser avec les éoliennes, mais ils présentent l'avantage d'expliquer certains choix techniques.

 

Génératrice et transmission

La génératrice est l'élément d'une éolienne qui transforme l'énergie mécanique en énergie électrique. Les pales transforment l'énergie cinétique en énergie mécanique, celle-ci étant transmise à la génératrice via le système de transmission. Une fois le courant produit, celui-ci est généralement injecté sur le réseau électrique.

Illustration de la transmission entre le couple moteur appliqué sur les pales et la génératrice dans le cas d'une éolienne à axe horizontal.

Dans le cas des éoliennes à axe horizontal, la typologie de la chaîne de transmission est relativement standard. On trouve d'un côté les pales qui sont soumises à une certaine force et qui ont une certaine vitesse de rotation. Ces pales sont solidarisées à un moyeu, ce moyen est lui-même connecté à l'arbre de transmission qui, in fine, est sujet à un couple moteur. À l'autre extrémité, on trouve la génératrice. Il s'agit de machines tournantes composées d'un stator et d'un rotor. Du coup, dans la suite de cette section, il faudra être vigilant dans l'utilisation du vocabulaire technique pour ne pas confondre le rotor de la génératrice avec le rotor de l'éolienne, composé des pales.

De manière générale, on trouve une boîte de vitesse (gear box) intercalée entre l'arbre et la génératrice.  En effet, la majorité des génératrices imposent une vitesse de leur rotor significativement supérieure à la vitesse du rotor de l'éolienne. Par conséquent, il est nécessaire de placer une boîte de vitesse pour multiplier la vitesse de rotation et assurer le couplage entre ces deux entités.

Génératrices synchrones ou asynchrones

On se trouve aussi bien en présence de machines synchrones (aussi appelées alternateurs) que de machines asynchrones (aussi appelées machines à induction). Le but de cette section n'est pas de donner une explication sur le mode fonctionnement de ces deux machines, mais plutôt de développer leurs spécificités et leurs impacts dans le cadre de l'éolien. La suite des développements est assez technique, mais, dans ce domaine, il est difficile de simplifier plus les propos. Fort heureusement, les fabricants d'éoliennes choisissent le bon système électrique adapté à leur éolienne. Même si ce n'était pas le cas, cela reste une question de spécialiste. En conclusion, il ne vous sera jamais demandé de choisir ou de concevoir un système électrique, composé d'un générateur, pour une éolienne. Des concepts sont uniquement introduits afin de permettre au lecteur de comprendre les enjeux de la conception de la génératrice.

Pour le lecteur qui ne souhaite pas aller plus loin, nous résumons le point important à retenir. Dans le cas des machines tournantes synchrones et asynchrones, on trouve une certaine tension alternative aux bornes du stator. Elle présente une certaine fréquence, f.

  • Dans le cas des machines synchrones, son rotor doit tourner à une vitesse constante dépendant de cette fréquence (à la vitesse dite de synchronisme). Si le stator est directement connecté au réseau électrique, la fréquence du stator, f, est la fréquence du réseau (50 Hz). Par conséquent, le rotor de la génératrice tourne à une vitesse fixe imposée par le réseau que l'on ne peut changer.

  • Dans le cas des machines asynchrones, son rotor tourne à une vitesse différente de la vitesse de synchronisme. Cette différence de vitesse de rotation dépend à la fois des propriétés de la machine et du couple moteur exercé sur le rotor de la génératrice. En conclusion, même si la machine est directement connectée au réseau électrique, il reste une certaine latitude sur la vitesse de rotor.

Moteurs synchrones

Dans le cas d'une machine synchrone, un champ magnétique est généré au niveau du rotor au moyen d'un aimant permanent ou d'un électroaimant alimenté en courant continu. De manière générale, on trouvera les technologies à aimant permanent sur les petites éoliennes. En effet, il est plus difficile de mettre en oeuvre des aimants permanents sur des grandes machines. La spécificité de la machine synchrone est que le rotor tourne à la même vitesse que la fréquence de la tension appliquée au stator divisée par le nombre de paires de pôles de la machine :

n = ns = f/p,

où,

  • f représente la fréquence de la tension au stator,
  • p, le nombre de paires de pôles,
  • ns, la vitesse de synchronisme et
  • n, la vitesse de rotation du rotor.

De par le principe de fonctionnement de cette machine, le rotor tourne à la vitesse de synchronisme.

Si la génératrice est directement connectée au réseau électrique, la fréquence du stator, f, est égale à la fréquence du réseau électrique (c'est-à-dire 50 Hz). Le rotor tourne alors à une vitesse constante, n, qui dépend du nombre de paires de pôles de la génératrice, p.  Pour des questions de contraintes constructives, on ne peut augmenter ce nombre de pôles de manière infinie. La majorité des éoliennes ont deux paires de pôles. La vitesse de rotation du rotor sera donc de 1 500 tours/min. Cette vitesse est supérieure aux vitesses de rotation des éoliennes si bien que cela justifie la présence d'une boîte de vitesse.  Néanmoins, certains modèles ont un nombre de pôles plus important ce qui permet de réduire cette vitesse de synchronisme et d'être dans le même ordre de grandeur que la vitesse du rotor de l'éolienne. Dès lors, un couplage direct sans boîte de vitesse devient possible. Cela se fait au prix d'une machine plus complexe, plus volumineuse et donc, plus lourde et plus chère. En contrepartie, on a épargné la boîte de vitesse.

Le couple résistif du générateur dépend du décalage, c'est-à-dire du retard qui existe entre la force électromotrice (fem) générée par le rotor et la tension au stator. On appelle ce décalage, l'angle électrique. Si l'angle correspondant à ce déphasage dépasse 90°, on a phénomène dit de décrochage où le rotor s'emballe et la génératrice ne parvient plus à le freiner.

Courbe caractéristique du couple électrique en fonction de l'angle électrique pour une machine synchrone.

Moteurs asynchrones

Dans le cas d'une machine asynchrone, un courant alternatif est induit dans les bobines du rotor par le champ magnétique du stator. Ce courant est généré parce que le rotor tourne à une vitesse légèrement différente que la vitesse du champ magnétique généré par le stator, celui-ci tourne à la vitesse de synchronisme (telle que définie ci-dessus). Ce courant dans le rotor produit à son tour un champ magnétique qui interagit avec le champ initial du stator. De cette interaction, il est produit un courant qui sort de la machine. De par cette explication, on en déduit que la vitesse de rotor diffère de la vitesse de synchronisme (par définition, l'effet utile a lieu s'il existe une différence de vitesse). Si on reprend la notation ci-dessus, on a "n" différent de "ns". Cette différence de vitesse est appelée glissement,

s = (ns - n)/ns, et différent de 0.

Le couple de freinage exercé par la génératrice sur le rotor dépend de ce glissement, s. On voit donc que la vitesse de rotation dépend du couple exercé sur le rotor du moteur. Dans le cas de la machine synchrone, on avait un couple qui dépendait d'un déphasage entre le rotor et le stator, l'angle électrique, mais l'ensemble tournait à la même vitesse. Par contre, dans le cas de la machine asynchrone, on a un couple dépendant de la différence de vitesse entre rotor et stator.

Courbe caractéristique du couple électrique en fonction du glissement pour une machine asynchrone.

Si la génératrice est directement connectée au réseau électrique, la vitesse de synchronisme, ns, est fixée par la fréquence du réseau et le nombre de pôles. Dans le cas de la machine asynchrone, le rotor peut tourner à une vitesse différente qui dépend du couple exercé par le rotor et de la courbe caractéristique du couple électrique du moteur à induction (présentée ci-dessus). Si on peut jouer sur le glissement de la machine, on peut alors fonctionner à une vitesse différente que celle imposée par le réseau qui est constante. On gagne en souplesse.

 

Dynamique du rotor : vitesse variable ou constante

Reprenons une nouvelle fois la configuration de la chaîne de transmission entre le rotor de l'éolienne, d'une part, et le rotor de la génératrice, d'autre part.

           
        

Schéma des forces appliquées au système de transmission ainsi que les éléments dominant pour l'inertie.

Si l'on examine les forces qui s'exercent sur l'arbre de l'éolienne, on voit que l'on trouve, d'un côté, le couple mécanique exercé par les forces aérodynamiques sur les pales de l'éolienne, et d'un autre côté, le couple de freinage exercé par la génératrice sur le rotor (c'est-à-dire le couple électrique). En effet, si l'arbre exerce un certain couple sur la génératrice alors la génératrice exerce par réaction un couple de freinage sur son rotor. On trouve souvent intercalé entre les deux extrémités une boîte de vitesse pour rendre les vitesses de rotation compatibles. Le rotor de l'éolienne ainsi que le rotor de la génératrice représentent les contributions principales pour l'inertie de la chaîne de transmission.

La vitesse du vent est, de par nature, fluctuante dans le temps, si bien que le couple aérodynamique varie suivant ces variations. On distingue deux grands types de fonctionnement qui ont un impact sur la manière dont on gère ces fluctuations de couple aérodynamique :

Éolienne à vitesse de rotation constante directement couplée au réseau électrique

On considère ici une machine, synchrone ou asynchrone, directement connectée sur le réseau d'énergie électrique. Par "directement", on veut dire que l'on n'a pas intercalé, entre la sortie de la génératrice et le réseau, un système d'électronique de puissance qui permet de découpler le comportement électrique du réseau de celui de la machine (c'est-à-dire essentiellement un système "redresseur-onduleur"). C'est le montage le plus basique qui correspond typiquement à de vieilles façons de procéder.

Comme le stator de la génératrice est directement connecté au réseau, on connaît la vitesse de synchronisme de la machine, ns.

  • Dans le cas de la machine synchrone, le rotor doit strictement tourner à la vitesse de synchronisme, ns.
  • Pour la machine à induction, la vitesse de rotation est différente de la vitesse de synchronisme, ce qui correspond à un certain glissement, s. Néanmoins, il faut savoir que ce dernier est limité. En fait, il est d'autant plus limité que la machine est puissante, et ce, pour une question d'efficacité énergétique.

Dans le cas d'une éolienne qui tourne à vitesse constante, le couple électrique doit être constamment adapté au couple aérodynamique. Tout au plus, on peut essayer d'intercaler entre les deux extrémités de la transmission, une certaine forme d'amortissement mécanique qui permet que les à-coups ne se traduisent pas directement en contraintes mécaniques dynamiques importantes sur l'ensemble de la transmission, avec les problèmes de durée de vie qui y sont liés. 

Couple moteur aérodynamique = Couple résistif électrique

Si le vent vient à augmenter brusquement, cela se traduit par une augmentation soudaine du couple aérodynamique. Le couple résistif du générateur s'adapte presque instantanément pour égaler ce couple aérodynamique. Cela se fait soit par une augmentation de l'angle électrique dans le cas d'une machine synchrone, ou par une augmentation du glissement dans le cas d'une machine à induction.

On voit qu'avec ce mode de fonctionnement, on a deux désavantages :

  • Le système de transmission est soumis à des charges dynamiques mécaniques importantes,
  • Par définition, la vitesse de rotation de l'éolienne reste constante (ou varie un peu dans le cas de la machine asynchrone avec glissement), et ce, quel que soit le régime de vent. Par conséquent, on ne peut maintenir le rapport entre la vitesse en haut de pale et la vitesse du vent qui garantit les meilleurs rendements aérodynamiques de la machine. On perd en efficacité.

Éolienne à vitesse de rotation variable couplée au réseau

On veut pouvoir travailler à vitesse de rotation variable pour toujours aller chercher les meilleurs rendements, en maintenant le "tip-speed ratio" optimum. En outre, on veut pouvoir minimiser les charges dynamiques sur la chaîne de transmission. En effet, si le vent vient à augmenter brusquement, cela se traduit par une augmentation soudaine du couple aérodynamique. Comme le couple électrique n'est pas obligé de s'adapter en fonction, le rotor va simplement se mettre à accélérer. En d'autres termes, le rotor accumule sous forme d'énergie cinétique (au moyen de l'inertie de rotation) l'énergie des fluctuations rapides de vent. Une fois que le vent diminue et reprend sa valeur précédente, le rotor décélère lentement en transférant son énergie accumulée à la génératrice.

Couple moteur aérodynamique différent du Couple résistif électrique

Génératrice synchrone couplée au réseau via un système redresseur-onduleur

La fréquence à la sortie du stator de la génératrice synchrone n'est pas fixée. En effet, le système redresseur-onduleur permet de découpler le fonctionnement électrique de la machine électrique et du réseau. Du coup, c'est la vitesse de rotation du rotor qui donne la fréquence électrique à la sortie du stator. On peut laisser la vitesse de rotor varier. La fréquence du stator sera elle aussi variable, mais cela n'a aucune importance dans la mesure où un couple redresseur-onduleur va transformer cette tension alternative en une autre de fréquence et de tension différente, en l'occurrence, celles du réseau électrique.

Génératrice asynchrone combinée directement au réseau avec glissement important

Si on peut jouer sur le glissement de la machine à induction et que l'on est capable de le faire varier sur de larges plages, alors on peut travailler avec un rotor à vitesse variable. Typiquement, on peut augmenter le glissement du moteur en ajoutant des résistances au rotor. Cela peut se faire par un jeu de balais qui connecte le rotor par l'extérieur, ce qui permet d'avoir des éléments du circuit électrique à l'extérieur du rotor, autrement dit, fixes. Dans ce cas-ci, il s'agit de résistances. Néanmoins, pour atteindre des plages de variation importantes, le niveau de ces résistances est loin d'être négligeable si bien qu'elles engendrent beaucoup de dissipation. Heureusement, elles sont placées à l'extérieur du rotor à un endroit où elles peuvent évacuer facilement la chaleur. Néanmoins, ces pertes par effet Joule grèvent sérieusement le rendement. On ne peut pas raisonnablement envisager de travailler de cette manière.

Une solution est de faire varier les caractéristiques électriques du rotor via un système d'électronique de puissance. Dans ce cas, on peut faire varier le glissement de manière significative et donc la vitesse de rotation de l'éolienne sans créer de dissipation importante et donc conserver l'efficacité énergétique. L'avantage par rapport à une génératrice synchrone avec redresseur-onduleur est que, dans ce cas-ci, l'électronique de puissance embarquée est moins importante.

 

 

DGO4 · Architecture et Climat · Avertissements et copyrights · Une remarque ?