Nouveautés | Aide | Plan du site | Infos et contact     
Search
  Imprimer  Envoyer le lien vers

 

 

Faut-il ajouter une sous-toiture lorsqu'on isole le versant d'une toiture existante ?

 

  1. Lattes
  2. Contre-lattes
  3. Faut-il une sous-toiture ?
  4. Isolant
  5. Charpente
  6. Pare-vapeur
  7. Finition du plafond

En bref !

concevoir 

Lorsqu'on retire la couverture afin de réaliser les travaux d'isolation, la question ne se pose pas : on a la liberté de placer n'importe quelle sous-toiture et on procède donc comme pour une toiture neuve.

Par contre, lorsqu'on isole par l'intérieur sans retirer la couverture, le choix à faire au niveau de la sous-toiture dépend de la situation existante. On peut retrouver les différentes situations ci-dessous :

On dispose d'une bonne sous-toiture

Le choix d'une bonne sous-toiture réside dans celui des matériaux par rapport à des caractéristiques bien précises et à sa mise en oeuvre. Une telle sous-toiture peut avoir été placée en prévision d'une isolation ultérieure en vue d'un aménagement des combles. Dans ce cas, on peut procéder à l'isolation entre chevrons comme pour une toiture neuve. Les caractéristiques d'une bonne sous-toiture sont :

  • étanche à l'eau et résistante à l'humidité,
  • résistante au gel,
  • durable,
  • de préférence, ininflammable,
  • perméable à la vapeur (du moins plus perméable que la finition sous l'isolant);
  • de préférence, capillaire pour absorber temporairement l'humidité due à un sur-refroidissement de nuit sous la couverture du toit;
  • de préférence rigide.

 

On dispose d'une bonne sous-toiture mais endommagée localement

Il est clair que la partie endommagée doit être réparée avant la pose de l'isolant.

On ne dispose pas de sous-toiture

La bonne solution consiste à placer une sous-toiture par l'extérieur (on enlève la couverture, etc ...). Il existe une solution qui consiste à isoler sans sous-toiture. Il faut alors privilégier un isolant hydrophobe et non capillaire parfaitement jointif de manière à ce que ses caractéristiques d'isolant ne se détériorent pas et qu'il soit étanche à l'air et à l'eau. Mais cette solution n'est pas sans risque.

On ne dispose pas d'une bonne sous-toiture

Voici une liste non-exhaustive de matériaux de sous-toitures peu performantes : les feuilles de matière synthétique (micro-perforées ou non), du papier bitumé ou du papier revêtu d'une feuille d'aluminium ou synthétique, des membranes bitumineuses, ...

Si la sous-toiture présente des caractéristiques peu perméables à la vapeur, il faudra placer un pare-vapeur plus efficace.

On dispose d'un voligeage

La bonne solution consiste à placer une sous-toiture souple, perméable à la vapeur et capillaire sur le voligeage (on doit enlever la couverture du toit). On peut choisir d'isoler sans sous-toiture mais cette solution présente des risques.

On dispose d'une bonne sous-toiture

Une bonne sous-toiture possède les caractéristiques adéquates dont il est question ci-dessous, mais doit également être posée correctement.

De telles sous-toitures peuvent avoir été placées en prévision d'une isolation ultérieure en vue d'un aménagement des combles.

concevoir 

Au cas où l'on dispose d'une bonne sous-toiture correctement posée, on peut poser l'isolant entre les chevrons et on procède comme pour une toiture neuve.

Les caractéristiques d'une bonne sous - toiture :

La sous-toiture doit être :

  • étanche à l'eau et résistante à l'humidité,
  • résistante au gel,
  • durable,
  • de préférence, ininflammable,
  • perméable à la vapeur,
  • de préférence, capillaire,
  • de préférence rigide.

Vu que l'on peut trouver beaucoup de matériaux répondant aux premières exigences, la qualité d'une sous-toiture se mesure surtout par sa réponse aux trois dernières exigences, à savoir :

La perméabilité à la vapeur

La sous-toiture doit être plus perméable à la vapeur que la finition intérieure sous l'isolant, car, même si la toiture est munie d'un pare-vapeur parfaitement mis en oeuvre :

  • Le pare-vapeur peut être perforé par la pose d'équipements sans que l'on s'en rende compte.

  • Les matériaux et le bois en particulier peuvent contenir de l'humidité résiduelle.

La capillarité

Par effet "buvard", une sous-toiture capillaire permet de limiter, voir de supprimer "l'égouttement" en cas d'infiltration ou de condensation sur la sous-toiture froide (phénomène du sur-refroidissement).

Une sous-toiture micro-perforée n'est qu'une succession de pleins et de trous. Les pleins étant froids, une condensation s'y produira.
Une sous-toiture capillaire est préférable pour retenir l'eau en attendant qu'elle s'évapore !

La rigidité

Il existe des sous-toitures rigides, comme les plaques renforcées aux fibres organiques et des sous-toitures souples comme les membranes plastiques microperforées ou non.

Une sous-toiture rigide a, pour avantage, de :

  • permettre le contact entre elle et l'isolant et ainsi assurer une bonne étanchéité à l'air,
  • ne pas réduire le vide au-dessus de la sous-toiture sous la poussée de l'isolant,
  • diminuer la charge de vent sur les éléments de couverture,
  • ne pas produire de vibrations bruyantes par temps venteux.

Les exemples de "bonne" sous-toiture

Une sous-toiture de type fibres ciment-cellulose ou fibres de bois sont de bonnes sous-toitures : elles sont perméables à la vapeur, capillaires et rigides.

Les non-tissés en fibre de verre ou en matière synthétique représentent de bonnes sous-toitures si elles sont bien posées et que tous les autres composants de la toiture sont également correctement placés.

La sous - toiture doit être correctement posée

La sous-toiture doit être posée de manière continue et avec recouvrements entre les plaques ou les membranes.

Discontinuité dans la sous-toiture.

Il ne peut y avoir aucune perforation de la sous-toiture.

La sous-toiture doit aboutir à l'extérieur du bâtiment, dans la gouttière par exemple, sans créer de poches intérieures.

Mauvaise pose de la sous-toiture au niveau de la gouttière.

Il ne peut y avoir aucun obstacle qui empêche l'eau de couler sur la sous-toiture vers la gouttière.

concevoir 

A chaque interruption de la sous-toiture (cheminée, lanterneau, lucarne, ...), les eaux infiltrées sous les éléments de couverture doivent être déviées vers la gouttière.

On dispose d'une bonne sous-toiture mais endommagée localement

La sous-toiture doit être réparée localement avant de poser l'isolant.

Suivant les sous-toitures, les méthodes de réparations locales varient. On sera toujours attentif à :

  • ne pas créer de poche de stagnation,
  • ramener l'eau sur la sous-toiture située en aval,
  • effectuer des réparations solides et stables dans le temps,
  • utiliser des matériaux compatibles avec la sous-toiture existante.

On ne dispose pas de sous-toiture

Faut-il en placer une par l'intérieur ?

Non !

En raison de la complexité de la méthode et du manque d'expérience dans le domaine, l'addition d'une sous-toiture à la toiture existante est, à ce jour, peu recommandée.

Par l'intérieur, il n'est quasiment pas possible de réaliser une sous-toiture continue entre chevrons.
Une interruption dans la sous-toiture donne lieu à un point préférentiel d'infiltration d'eau.
De plus, pour assurer correctement son rôle d'évacuation de l'eau, la sous-toiture doit aboutir à l'extérieur du bâtiment, dans la gouttière par exemple, sans créer de poches intérieures. Or en cas de rénovation sans retirer la couverture, le raccord correct de la sous-toiture à la gouttière est difficilement envisageable.

Comment raccorder la sous-toiture à la gouttière sans démonter la couverture ?

  1. Volige
  2. Lattes
  3. Contre-lattes
  4. Gouttière
  5. Sous-toiture
  6. Mur plein
  7. Isolant.

En réalité, la seule bonne solution consiste à retirer la couverture et à placer une sous-toiture par l'extérieur.

Il existe une solution peu fiable qui consiste à ne pas placer de sous-toiture et à choisir un matériau isolant hydrophobe, non capillaire posé de manière parfaitement jointive afin, qu'en cas d'infiltration, l'eau ne stagne pas et ne pénètre pas dans l'isolant. On évite ainsi qu'il perde sa capacité isolante et qu'il se détériore.

Dans le cas d'une laine minérale, un pare-vapeur doit être posé de manière impeccable et faire office de coupe-vent (les effets du vent peuvent se faire sentir fortement dans une toiture).
Au cas où l'eau passerait en-dessous de l'isolation au travers d'un joint mal fermé, cette légère infiltration serait arrêtée par le pare-vapeur et sécherait par la suite.

Dans le cas d'une mousse de polystyrène, celui-ci remplit, à lui seul les fonctions de sous-toiture, d'isolant et de pare-vapeur.
Enfin, toujours pour éviter les infiltrations d'air, il est préférable de choisir une finition en plâtre plutôt qu'en lambris ou planchettes.

Une précaution ... !

Pour isoler sans sous-toiture, les pentes minimales doivent être respectées. Il faut être absolument certain du bon état de la couverture : elle doit assurer à elle seule la fonction d'étanchéité de la toiture. Il faut régulièrement surveiller tout envol ou rupture d'une tuile ou d'une ardoise, car lorsque les dégâts sont visibles à l'intérieur, il est souvent trop tard.

Autrement dit, cette solution n'est pas sans risque et doit être évitée ! En effet, il est difficile de contrôler toute pénétration d'eau (en cas d'intempérie, ...), et si cette pénétration d'eau était sans conséquence néfaste avant l'isolation de la toiture, celle-ci pourrait endommager toute la finition intérieure de même que la charpente après isolation.

Remarque : le texte ci-dessus est inspiré d'un texte non officiel et non publié : Toiture inclinée - Questions techniques - Placement d'une sous-toiture en rénovation / Guichets de l'Energie d'Ottignies / Août 1995. Il a été écrit suite à une étude faites sur le sujet par le Guichet de l'Energie d'Ottignies.

On ne dispose pas d'une bonne sous-toiture

On peut se trouver en présence d'une sous-toiture qui ne correspond pas aux caractéristiques d'une "bonne" sous-toiture. Il peut s'agir de feuilles de matière synthétique (micro-perforées ou non), de papier bitumé ou de papier revêtu d'une feuille d'aluminium ou synthétique, de membranes bitumineuses, etc.

Si la sous-toiture est trop peu perméable à la vapeur, il faut placer un pare-vapeur plus efficace sous l'isolant.

Question ?

Peut-on percer une sous-toiture existante pour augmenter sa perméabilité à la vapeur ?

  • c'est inutile, la condensation se fera sur la sous-toiture autour des trous,
  • il y a risque d'infiltration par les trous,
  • il y a risque de courant d'air sous la sous-toiture.

On dispose d'un voligeage

Le voligeage n'est pas considéré comme une sous toiture étanche.

On devra alors enlever la couverture et poser sur le voligeage une sous-toiture souple mais perméable à la vapeur et capillaire, et replacer la couverture après pose de contre-lattes et de lattes.

concevoir 

Ensuite, on placera l'isolant par l'intérieur entre les chevrons comme on le ferait pour une nouvelle toiture.

  1. Pare-vapeur
  2. Chevron ou fermette (existant)
  3. Voligeage (existant)
  4. Sous-toiture
  5. Contre-latte
  6. Latte
  7. Couverture
  8. Gouttière (existante)

Initialement, la gouttière est fixée sur le voligeage. La sous-toiture que l'on vient poser sur le voligeage aboutira donc généralement correctement dans la gouttière.

On peut aussi choisir de ne pas poser de sous-toiture mais cette solution présente des risques.

 

DGO4 · Architecture et Climat · Avertissements et copyrights · Une remarque ?